Publié par : Alexis | 13 février 2008

Journalisme et déontologie…

Très intéressant billet sur le blog de Narvic à propos des journalistes et de la déontologie qui dresse un portrait sans fard du quotidien d’un journaliste.

Si le tableau est criant de vérité (si, si), je ne pense pas que l’on puisse cependant parler de « corruption » comme il le fait dans son titre, ce qui me paraît pour le moins excessif. Je parlerais plutôt d’opportunisme bien naturel pour les exemples qui le concernent…

Loin de moi l’idée de courir à la rescousse de mes amis journalistes qui n’en ont pas besoin. Mais pourquoi la nature humaine du journaliste serait-elle différente de celle de ses compatriotes ?

Quelle secrétaire n’est pas rentrée chez elle avec une petite ramette de papier pour son imprimante ou un classeur pour la classe d’Histoire de son fils ? Quel barman n’a pas profité de son poste pour rincer une ou deux belles qui lui faisaient les yeux doux ? Quel employé de bureau n’a pas un jour profité de son téléphone de bureau pour appeler les States ou une hotline surtaxée ? Etc., etc., etc. ? Rien à voir ? En êtes-vous si sûrs ?

Un ami mien me jurait ses grands dieux en démarrant sa carrière de journaliste qu’il n’accepterait jamais rien qui ne soit en rapport direct avec les articles qu’il était susceptible d’écrire. Quelques voyages de presse au ski ou au soleil et invitations à des avant-premières ou des dîners plus tard, son discours a un peu évolué… la question n’est pas tant celle de la « déontologie » (un bien grand mot) que celle plus basique de… « pourquoi serais-je le seul c*n à ne pas en profiter ?!? ». Si certaines attaché(e)s de presse sont assez cbonnes pour inviter à perte certains journalistes hors coeur de cible (et si accessoirement, certains annonceurs sont encore assez naïfs pour juger du succès d’une opération au nombre de journalistes présents), pourquoi refuser ?

Ne vous méprenez pas sur la nature de mes propos. Je trouve immonde et FadelaAmaresque les exemples donnés ensuite de dissimulation d’information, de ligne éditoriale directement liée à un profit ou pire de véritable détournement de fonds destinés à des oeuvres caritatives qui posent la vraie question : à partir de quand la ligne jaune de l’éthique est-elle dépassée ? Quand passe-t-on de pratiques « limites » à des pratiques inacceptables ?

Mais à vouloir trop en faire, on en devient peu crédible et la tentation du tout ou rien vous explose vite au visage. Ainsi, un grand quotidien du soir (lol) avait publié il y a quelques années sa charte. Quelle surprise de découvrir alors que ses journalistes refusaient systématiquement les voyages de presse et les déjeuners sauf à payer de leur poche… je me demande quelles agences ont eu le courage d’envoyer des demandes de remboursement au service comptabilité dudit journal.

De même, une journaliste célèbre fait en ce moment la Une des médias à cause des « ménages » qu’elle aligne à gauche et à droite… je trouve l’exercice bien périlleux pour ses confrères car la liste des journalistes prêts à animer une conférence ou un séminaire d’entreprise doit être aussi longue, à quelques exceptions prêt, que… la liste des titulaires de cartes de presse. Et je n’y vois personnellement rien à redire tant que l’entreprise en question ne fait pas le lendemain une pleine page dans le canard du journaliste en question. Il est au contraire rassurant de voir que l’aura du journaliste est encore assez fort pour constituer un faire-venir supplémentaire pour ces événements.

Se payer sur la bête est une dérive inévitable de toute profession (si vous saviez le nombre de communiqués de presse que j’ai rédigés pour mon seul plaisir, argh, argh, argh…). Oui, la presse doit être indépendante et libre de toute compromission et il est légitime d’attendre des journalistes des comportements irréprochables mais la vraie liberté, à mon avis, est celle qui consiste à pouvoir dire à l’entreprise qui vous a payé le billet d’avion pour aller visiter une de ses usines tout le mal que vous pensez d’elle si c’est la cas.

Et croyez moi… la grande majorité des journalistes se sent très libres 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :