Publié par : Bénédicte | 14 mars 2008

Au secours ! Où va la presse ?

Ras-le-bol du voyeurisme, de l’anecdotique, de la déferlante du superflu, du détail, dans les médias ! Après la télévision, la mise en avant systématique de l’insignifiant envahit l’ensemble de la presse française. De SMS virtuel au « casse-toi, pov’con » au « spectacle » à Eurodisney, la plupart des médias privilégient désormais le sensationnel, le registre émotionnel, à la recherche d’une ligne éditoriale de qualité. Même la presse dite « de référence » est atteinte de ce syndrome ! 

La faute à qui ?

Nous, les lecteurs, les auditeurs, les téléspectateurs ? Les médias nous prennent-ils  pour des imbéciles ? Sommes-nous incapables de nous intéresser à une information de qualité ?

A en croire les chiffres de vente de la « presse caniveau » et les ventes décuplées des hebdos chaque fois qu’ils affichent une couverture accrocheuse, on pourrait croire à l’ignorance béate et passive du citoyen français…

En réalité, les médias sont investis d’une responsabilité qu’ils ne savent plus honorer  – et ce constat est très grave pour la bonne santé d’une démocratie : plutôt que de proposer des sujets qu’ils jugent importants et de qualité, ils obéissent désormais à la simple loi de la demande qui réclame du « people ». Une attitude irresponsable, court termiste motivée par le seul appât du gain et par le rêve mercantile de ventes records.

S’il vous plaît, arrêtez les ragots et laissez les à une presse dite « people » dont c’est la raison d’exister ! Redonnez de la hauteur aux contenus de vos colonnes ! C’est à la fois une marque de respect pour les personnes qui sont devenues les victimes de votre modèle économique pitoyable et pour nous, les lecteurs qui subissons, trop souvent passivement, vos propos et images nauséabondes.

Il en va également de la survie de la presse et de la noblesse du métier de journaliste dont l’image est hélas très dégradée.

 Il en va surtout du bon fonctionnement d’une démocratie saine et forte ! C’est en remettant l’éthique au cœur de leur ligne éditoriale et en se tenant à l’écart des alcôves que les médias retrouveront la confiance des lecteurs et et pourront pleinement jouer le rôle de contre-pouvoir que l’on est en droit d’attendre…

Publicités

Responses

  1. C’est quoi une démocratie saine et forte ? C’est encore un concept marxiste-léniniste, ça, n’est-ce pas ? C’est une démocratie populaire à la Hohnecker ? Une démocratie démocratique à la Lin Piao ? Tito, Castro, Krouchtchev et Gomulka étaient aussi de grands démocrates sains et forts. Même Staline, en regardant bien. C’est ce qui nous manque le plus : des démocrates sains et forts, comme Maurice Thorez, Georges Marchais, La Méluche et Marie Georgette Bouffet !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :