Publié par : Laurent | 9 avril 2008

Vers les blogs professionnels ?

Le sujet des revenus des blogueurs a été à la base d’un certain nombre d’articles contradictoires à l’été dernier. Après les déclarations d’Eric sur son blog Presse Citron, ce sont Stratégies  et Rue 89 et même Business Week qui ont consacré des articles au sujet  

Une récente étude réalisée par Seprem relance le sujet en évoquant le souhait de nombre de blogueur de vivre de leur écrits.

Il ressort en effet de cette étude, conduite en ligne auprès de 266 blogueurs en décembre 2007, qu’ils sont de plus en plus nombreux à vouloir monétiser leurs contenus par le biais de liens sponsorisés, parrainages et autres bannières publicitaires. Or, si 38,2% des blogueurs interrogés déclarent tirer des revenus, « même succincts », de leur activité, seuls 0,4% d’entre eux parviendraient aujourd’hui à en vivre.

A l’inverse, l’écrasante majorité des blogueurs « actifs » (62%) ne touche pas un centime de revenu à travers son blog.  

Si bien que – et c’est sans doute une bonne nouvelle pour les annonceurs – 42,5% des blogueurs interrogés par Seprem se sont déclarés favorables à la publicité sur les blogs (25,6% ne se sont pas prononcés). Plus encourageant encore pour la sphère publicitaire et marketing, 88,7% des blogueurs concernés par cette étude affirment parler de marques et de produits « au moins de temps en temps ». Ils sont presque 47% à affirmer en parler et à ne pas être hostiles à la communication des marques ou de leurs agences. 

L’idée de chercher à vivre de son blog, est souvent envisagée comme une fin logique en soi pour nombre de blogueur. Il s’agit de passer de l’idée que « ce que je dis a suffisamment de valeur pour justifier mon blog » à celle selon laquelle « mon journal a suffisamment de valeur pour justifier que j’en tire un revenu ».  

Mais alors, quid de l’indépendance revendiquée des blogueurs ?

Car enfin, si le blogueur accepte la publicité, il se retrouve, dans une certaine mesure comme le journaliste, contraint d’écrire régulièrement sur son annonceur, sous peur de le perdre. Il doit modérer ses propos et ses critiques pour ne pas voir s’envoler ses revenus publicitaires.

Partant de là, doit-on craindre que moyennant un petit billet dans son portefeuille, le blogger  consacre plus régulièrement des billets à une marque ou un produit ?

Et quelle serait alors la prochaine étape ? Fini l’indépendance et l’impertinence ? Terminé les coups de gueules justifiés contre un produit raté, par peur de froisser son sponsor ? Envolés les récits ironiques, critiques, acerbes, violents… et bienvenue aux articles formatés ?

Toujours selon l’étude, plus de la moitié des blogueurs interrogés déclarent être contactés au moins une fois par mois par les marques. Très sollicités, ils sont plus nombreux à remettre en cause les pratiques actuelles, reprochant notamment aux marques et à leurs agences le manque de personnalisation des campagnes menées. « Toute communication trop orientée, trop commerciale est jugée négativement ».

Certes, mais ce raisonnement tiendra-t-il quand le chiffre d’affaire d’un blog sera soumis à celui de son annonceur ? Pourra-t-il encore prétendre ne pas vouloir écrire parce que le communiqué de presse ou l’invitations reçus étaient trop « marketing » ?

Le blogger ne va-t-il pas se retrouver, comme une Marie-Jo Pérec en son temps obligée de se tordre dans tous les sens pour faire filmer son mécène, dans une situation inconfortable au regard de son lectorat à la recherche d’indépendance ? Et ne risque-t-il pas de perdre tout à la fois son lectorat et son âme dans cette volonté de vivre de son blog ?

Un autre modèle a vu le jour : Mediapart (http://www.mediapart.fr) . Certifié 0% publicité, financé uniquement par les abonnements, c’est un journal numérique lancé par Edwy Plenel qui mélange, le tout basé sur une charte de confiance morale entre participants, articles de lecteurs et enquête de journalistes professionnels. C’est le fait de payer qui rend le lecteur fidèle à ce support, et lui procure son indépendance quant au sujet traités.  

Et si la solution pour le blogueur se trouvait dans l’abonnement plus que dans la publicité ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :