Publié par : Laurent | 14 avril 2008

Faites l’amour, pas la guerre!

 Franchement, j’aime beaucoup ce genre d’étude, sans doute un peu inutile, mais qui du fait de son titre, de sa formulation ou de l’essence même de son sujet, attire  forcément notre attention de lecteur avide de nouvelles un peu croustillantes.

« Les parents américains préfèrent la violence au sexe dans les jeux« 

Comme nous le rapporte The Inquirer, les parents américains préfèrent la violence au sexe dans les jeux, selon une étude réalisée par le site whatheyplay.com, un site américain sur les jeux vidéo.

Et de nous expliquer que les parents ne se préoccupent pas de scènes de violence graphique, alors qu’ils sont beaucoup plus inquiets à l’idée que leurs chères têtes blondes puissent être exposées à des scènes montrant « la chose ».

A l’heure d’internet, et alors qu’il est plus facile à une enfant de trouver la vidéo des ébats de Paris H que de faire des démarches administratives en ligne pour sa scolarité, ce genre de préoccupation sur les jeux vidéos me paraît bien caricaturale.

Ce résultat n’est d’ailleurs pas franchement surprenant pour un pays reconnu pour son puritanisme, et qui s’outrage de la moindre stagiaire un peu gourmande. Que diraient-ils si, comme tous les français à l’époque, ils avaient connaissance de l’existence d’une maîtresse et d’une fille cachée dans l’entourage de leur président de la république ?

L’article ajoute que, selon une étude dans le même esprit, 2 norvégiens sur 3 sont plus choqués par la violence que par le sexe dans les jeux vidéos.

Dommage, il n’existe pas ce genre de chiffres en France. Mais à mon avis, notre réaction serait plus proche de celle des norvégiens…

Car enfin, cette étude soulève – une nouvelle fois – une problématique plus large : que ce soit dans les jeux vidéo, sur internet ou à la télévision, les enfants sont exposés (sur-exposés ?) à un flot continu d’image contenant des actes violents ou sexuels.

Selon le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), un enfant peut assister à près de 9 séquences violentes par heure en moyenne dans une fiction télévisée. 45 % des émissions pour enfants reposent sur des scénarii violents. Selon l’Institut Médiamétrie, 11 % des enfants âgés de 4 à 12 ans ont été confrontés à des images pornographiques dans les foyers abonnés à Canal+.

Une situation difficilement acceptable et souvent incontrôlable pour les parents. Et un sujet récurrent qui, malgré quelques initiatives du CSA, et de nouveaux moyens informatiques (filtrage), revient régulièrement sur le devant de la scène, souvent à l’occasion de faits divers tragiques.

Pourtant, les psychologues semblent s’accorder sur le fait les images violentes ne peuvent pas faire naître, à elles seules, le désir d’être violent chez l’enfant. Loin d’eux l’idée de dire que tout peut-être montré aux enfants. D’ailleurs, les réactions des enfants soumis à ce genre d’image sont très variables, et diffèrent ne serait-ce que si l’enfant est en groupe ou seul.

« Les jeux vidéo rendent les jeunes plus violents seulement si ces derniers manifestent déjà par ailleurs de l’agressivité » explique l’étude de l’université de technologie Swinburne à Melbourne

Mais ces études posent inlassablement la question de la responsabilité : qui est responsable, et à quel niveau ? Les parents ? L’école ? Les diffuseurs ? Les pouvoirs publics ?

Il n’existe pas de réponse parfaite et immédiate. Un effort commun, à tous les niveaux est nécessaire.  Les spécialistes des sciences sociales n’ont jamais pu établir de liens incontestables entre la violence des médias et les agressions perpétrées dans la vie réelle. La violence fait partie de la création (cinéma, littérature, etc) et la censure est inconcevable.

C’est là que le travail d’éducation et de prévention des parents est indispensable pour atténuer l’impact des images. Car les valeurs familiales et la classe sociale déterminent l’attitude face à la violence, plus que les médias et les jeux, dont l’incidence ne serait que faible.

Pour atténuer la violence, la solution est donc simple : faisons l’amour, pas la guerre ! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :