Publié par : Nicolas | 16 avril 2008

Pékin Express : le supplice chinois

Sale temps pour les sponsors et partenaires officiels. Si associer son nom aux Jeux Olympiques est un investissement coûteux, il doit normalement avoir des retombées positives pour la marque (fenêtre de visibilité mondiale, affichage de valeurs) et pour le business. Quand le vent tourne…

 

 

La répression chinoise au Tibet et surtout sa médiatisation (la lutte armée des Ouïgours pour leur culture au Xinjiang face à la colonisation active par les Hans, tout le monde s’en fiche parce qu’il n’y a pas de caméras) risquent de porter gravement atteinte à leur image. Ils avaient choisi d’associer leur nom et d’afficher des valeurs, mais ne maîtrisent pas les embardées de toutes les parties prenantes…

 

Les voilà contraints de faire des déclarations condamnant les actions des activistes qui cherchent à profiter de l’occasion pour faire du bruit médiatique (Reporter Sans Frontières, Human Rights Watch et Dream for Darfur en particulier), et de se demander si les campagnes de boycott de grande ampleur, voire de dénigrement, ne vont pas les toucher de plein fouet. Pour eux, le supplice chinois ne fait peut-être que commencer !

 

Alors qu’il y a un an Lenovo, Coca-Cola et Samsung (sponsors officiels des jeux et parrains de la flamme) refusaient de rencontrer les ONG, il semble qu’elles acceptent désormais d’entendre leurs porte-parole, se préparent à faire le dos rond, et de manière générale rappellent que la Charte, tout ça, les valeurs olympiques, bon, faut pas mélanger le business avec la politique et le sport c’est vilain, hein les gars ?

 

C’est un peu curieux de se rappeler seulement maintenant que les événements sportifs internationaux sont très liés à l’actualité et au business… internationaux, justement. La mise en scène de la flamme olympique et la première retransmission télévisée d’une grande parade à des fins politiques, ça ne date pas d’hier, ça a 62 ans. Tout comme les athlètes qui se servent des Jeux pour faire passer un message politique. Et même le boycott massif des jeux par de nombreuses délégations.

 

Mais voilà qu’un badge « Pour un monde meilleur », initiative intéressante lancée par le garde du corps d’une célèbre ferrailleuse, alimente une polémique. Pourtant il n’y a pas là de quoi casser trois pattes à un canard laqué (citation de PPDA hier soir sur TF1, si si, je vous le jure ! ici à la minute 29’55 », suivi sans transition du rapport d’Amnesty International sur les exécutions capitales dans le monde).

 

Les Jeux sont une fenêtre médiatique car les médias du monde entier se massent, un événement politique et un défi économique. Le sport est finalement (presque [?]) une toile de fond. Ce qui compte, c’est bien de gagner. Du blé, surtout avec les cours qui s’envolent, et des médailles, dont le métal bat des records lui aussi. On parle bien de compétition, non ? On défend bien un drapeau ? On a un bel et bien classement et un podium ? On fait bien le décompte de combien ça a coûté et combien ça a rapporté ? Alors arrêtons avec les faux bons sentiments guimauve. Si les délégations coréennes défilent sous le même panneau aux JO, ça n’a jamais apporté rien de plus aux relations entre les deux Corées. Le sport ne fait pas un monde meilleur, il est le reflet du monde (tout court).

 

Et tout le monde de se tâter. Boycott de la cérémonie d’ouverture ? Affichage d’un message commun pour la délégation française ? Nos athlètes et politiciens tricolores sont pris dans quelque chose qui les dépasse, tout le monde crait les mesures de rétorsions économiques chinoises à l’encontre des entreprises françaises, et le CIO reste droit dans ses bottes.

 

Quitte à faire dans le symbolique, les sportifs français pourraient très bien se mettre d’accord à l’avance sur un message, gardé secret jusqu’au moment de monter sur le podium. Au moins ce serait efficace, réellement subversif, et nous éviterait les tergiversations improductives et sans fin. Les moyens ne manquent pas : sortir un T-shirt aux couleurs du Tibet, porter un badge ou un brassard noir, exhiber un moulin à prière, se masquer les yeux de la main, se mettre tous en robe safran, tendre un majeur bien haut au moment des hymnes nationaux…

 

Vous avez d’autres idées pour réveiller les conscience et envoyer un (bien simple et inoffensif) message clair aux autorités de Pékin ?

Publicités

Responses

  1. Autant de questions qu’il aurait fallu se poser il y a 7 ou 8 ans, quand les jeux ont été attribués à Pékin. Car il me semble que les droits de l’homme n’étaient pas plus respectés à l’époque.

    Mais j’aime bien ta proposition : « Quitte à faire dans le symbolique, les sportifs français pourraient très bien se mettre d’accord à l’avance sur un message, gardé secret jusqu’au moment de monter sur le podium. »
    Encore faut-il qu’un sportif français se hisse sur le podium 😉

    Sinon, pourquoi ne pas faire un badge « pour des génocides plus humains » ou encore « pour des dictatures respectueuses » tant qu’on y est !

    Si De Gaulle était là, il reprendrait Airbus et usines et enverrait valser cette chienlit au nom de la défense des droits de l’homme

    Mais comment peut-on envoyer aujourd’hui un message à une autorité qui est venu faire la police sur notre propre sol ? Le Japon, lui, avait pris soin d’expliquer avant qu’il savait faire régner l’ordre et n’avait, semble-t-il, aucun petit bonhomme bleu pour « encadrer » la flamme. Chez nous, au pays du super flic Nicolas Speedy Gonzalez Sarkozy, une poignée de chinois gardien de la flamme a semé la panique au sein des forces de l’ordre, autant que quelques manifestants anti-tibétains armés de banderoles.

    Rassurons-nous : dans quelques semaines, les jeux seront terminés, le Tibet sera à nouveau une province lointaine, la Chine un grand marché à conquérir pour les entreprises qui auront fait le dos rond, et les droits de l’homme, un sujet dénoncé deux fois l’an dans un reportage de 2 minutes du JT de ce cher PPDA


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :