Publié par : Alexis | 29 août 2008

Psychanalyse à l’UE du Medef

La plénière d’hier soir nous rassemblait autour du thème : « Quand les médias plombent, quand les médias permettent » enfin… en théorie !!!

En effet, la plénière qui regroupait, autour de Guillaume Durand, des journalistes ou hommes de médias (Dominique Baudis, Nicolas Beytout, Jean-Claude Dassier, Ivan Rioufol et Alain Weill) et des politiques – encore – (Jean-François Copé et Michel Rocard) aurait tout autant pu s’intituler : est-ce que les médias sont plombés ?

Durant deux heures, à aucun moment (sauf peut-être 5 minutes par Nicolas Beytout en conclusion) la thématique de la force accélératrice ou destructrice des médias n’a été abordée.

Il n’a été question que de crise des médias, du passage de Jean Boissonat à Estelle Denis, d’archaïsme des médias français comparés aux médias américains (et là, pour tout ceux qui regardent régulièrement les journaux télévisé US, on se demande bien ce qu’il faut leur envier), des pôôôvres hommes politiques qui n’ont que 30 secondes pour expliquer à un journaliste inculte les tenants et les aboutissants de l’économie/des enjeux stratégiques/des clivages, de l’infériorité de l’image sur le texte pour transcrire l’information ou encore de l’absence de contre-pouvoir dans les médias.

En soit, le débat fut passionnant, enrichissant, souvent saignant (Alain Weill doit, au passage, avoir une carapace en acier pour résister aux piques des ses confrères !). Alors what is my problem comme ils disent sûrement quelque part ? Ben tout simplement que ce n’était pas du tout l’objet de la plénière et que nous avons assisté à un GRAND exemple Marchaisque de « Ce n’est pas la question »/ »Oui mais c’est ma réponse » !

Il est vrai qu’avec un panel composé de journalistes et de politiques, il faut être naïf pour penser qu’il eût pu en être autrement 😉

A Guillaume Durand (qu’un anonyme a titillé en lui demandant combien il touchait pour ce ménage – rien dixit Durand), je suggère d’ailleurs cordialement de facturer aux intervenants ces deux heures de psychanalyse de haut vol 🙂

A noter un grand moment de franchise et de rigolade cadeau de Jean-Claude Dassier : « Si je perds 1 million de téléspectateurs car j’ai ouvert le 20h deux fois sur la Géorgie, croyez bien que, le lendemain, j’ouvrirais sur les retraites ! » Rafraîchissant !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :