Publié par : Nicolas | 4 septembre 2008

JT de Laurence Ferrari : le regard Dassier

Interrogé par Emmanuel Berretta du Point, Jean-Claude Dassier, nouveau patron de l’information de TF1, pique une colère. Entre mauvaise foi, déni et quelques remarques plus posées, son analyse dénonce violemment les blogueurs et tacle par la même occasion Patrick Poivre d’Arvor. Serait-ce le nom de son interlocuteur, qui ne manquait pas d' »r », qui l’a poussé à sortir l’artillerie ?

Le JT de 20h de TF1 a perdu 1,3 millions de spectateurs à la rentrée, ce qui ne l’empêche pas de juger que c’est un succès incontestable. Or il y a contestation, et la blogosphère s’est fait l’écho de son étonnement ou de sa déception, et les blogueurs n’ont fait qu’exprimer leur opinion.

Jean-Claude Dassier n’est pas à un paradoxe près et annonce posément : Au risque de vous surprendre, nous ne nous fixons pas d’objectif chiffré. Et de poursuivre : pour cette rentrée, le service des études de TF1 considère que rester au-dessus de 34,5 % au cours des deux ou trois prochaines semaines serait excellent. TF1 est une entreprise commerciale, ses revenus sont directement liés à son audience. La tranche 19h00 – 21h00 est celle où l’audience télévisuelle est traditionnellement la plus élevée (pour ne parler que du seul JT, il ne représente que 6%  du temps d’antenne mais 14% du temps passé devant l’écran), et bien entendu celle où la publicité est la plus onéreuse (205 millions de recettes en 2007 pour TF1 selon le Figaro). M. Dassier est certainement déçu des premiers scores au moment où il entre en fonctions, c’est bien compréhensible. D’ailleurs il le dit bien : On dissèque le JT en examinant ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné. Donc il faut de l’information qui fonctionne (entrendre : rentable ?), pas de l’information comme idée pure et vaguement stratosphérique.

Le souci vient de ses arguments : Toute comparaison avec les scores de PPDA est obsolète pour la bonne et simple raison que l’univers de la concurrence a changé du tout au tout. Aujourd’hui, plus de 70 % du territoire est couvert par la TNT. Plus rien n’est comparable d’une année sur l’autre ! Certes, le paysage télévisuel a changé depuis un an avec l’arrivée de nouvelles chaînes gratuitement disponibles, qui ont réellement grignoté des parts d’audience importantes. Cela étant, PPDA a quitté TF1 il y a à peine un mois, il est donc encore possible de faire quelques comparaisons.

Mais cela n’explique pas la charge adressée à l’encontre des blogueurs, qui selon lui s’enivrent de leur nouveau petit pouvoir. Un blogueur n’a pas de pouvoir, il exprime son opinion, et c’est bien là le drame des médias traditionnels et en particulier la télévision, qui jusqu’à présent s’inscrivaient dans une relation unilatérale. Je diffuse, et le seul feedback que je reçois (excepté quelques émissions comme le Médiateur sur France 2) est constitué par les audiences et enquêtes, chiffres bruts à interpréter comme on peut. Or avec le web 2.0, tout un chacun peut prendre la parole aisément, et certains blogs sont particulièrement suivis. Echanges, réactions, nous sommes entrés dans l’ère de la relation et des conversations, attitude bien plus active et constructive pour peu que les critiques ou suggestions soient argumentées, que l’époque où le seul pouvoir était symbolisé par le doigt sur la télécommande. Aujourd’hui, un média a les moyens de savoir presque en direct ce que son audience a apprécié ou pas, et surtout pourquoi.

Et manifestement, Jean-Claude Dassier n’a pas compris ce qu’est un blogueur par rapport à un journaliste : Que les blogueurs reviennent aux fondamentaux du journalisme plutôt que de nous donner des leçons en permanence et de donner la parole à ceux qui ne savent que critiquer. Posons-le clairement : un blogueur n’est pas un journaliste ! Les différences sont énormes, les occulter quand on est patron de l’information d’une télévision aussi influente que TF1, c’est grave.

  • Un journaliste écrit parce qu’il est payé, il doit écrire régulièrement. Un blogueur écrit quand il veut, et la quasi-totalité des blogueurs n’en tirent pas de revenu.
  • Un journaliste appartient à une rédaction qui définit une ligne éditoriale, et à un service dont il traite les sujets (monde, économie, société…). Un blogueur n’a pas de hiérarchie que lui-même, il écrit sur ce qu’il veut.
  • Un journaliste est supposé avoir un regard objectif et distancié, il ne donne pas son avis personnel. Un blogueur peut être tout à fait partial et réagir par humeur, c’est souvent ce que l’on apprécie car l’information y est moins lisse et plus polémique.
  • Un blogueur se fiche du pouvoir et n’a pas vocation, a priori, à changer le monde.

 

Là où c’est encore plus dommageable, c’est la perception que Jean-Claude Dassier a de sa relation avec son public : L’interactivité ? Oui, pour permettre au lecteur de poser des questions et de témoigner. Mais pas pour déverser cette bile atroce. Incompréhension. A l’heure de la convergence des médias, à l’heure de la participation des auditeurs/lecteurs/téléspectateurs, TF1 veut-elle s’enfermer dans un modèle encore et toujours vertical en refusant la critique, parfois acide (cette bile atroce) mais peut-être intéressante à analyser ?

Soyons plus optimistes pour la fin. Il est vrai que le JT de TF1 a pris quelques retards dans le traitement des informations (RSA, opération du Dalaï Lama) mais la critique d’Emmanuel Berretta est un peu exagérée. Si TF1 souhaite prendre du recul pour faire dans la profondeur, acceptons des ratés au départ. Reconnaissons que les interviews croisées de Saakachvili et Medvedev furent une belle réussite, et que la porosité annoncée des rédactions de LCI et TF1 pourrait amener un nouveau souffle. 

Jean-Claude Dassier ne se prive pas de poignarder au passage PPDA, jugé carrément omnipotent : Avant, les différentes éditions travaillaient chacune dans son coin, le présentateur était omnipotent et décidait, pouce en haut ou pouce en bas, de la diffusion d’un reportage à l’antenne. Oui, on a changé d’époque, je vous le confirme ! Aujourd’hui, le travail est plus collectif, et ils sont nombreux à s’en réjouir chez TF1. Le changement annoncé est peut-être plus attendu du côté des téléspectateurs que de la rédaction.

Et espérons que les enquêtes de la rédaction vont prendre une vraie place sur TF1 car cela manquait vraiment comme Jean-Claude Dassier le reconnaît : Je crois que notre public a été habitué trop longtemps à des sujets courts pour accepter un tel changement du jour au lendemain. Nous verrons donc… après-demain.


Publicités

Responses

  1. Très bon article … !!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :