Publié par : Hervé | 21 octobre 2008

L’information a-t-elle encore une valeur ? Les Etats généraux de la presse devront apporter la réponse à cette question

L’abondante floraison des journaux gratuits, l’explosion phénoménale du volume d’information en libre service accessible sur Internet conduisent inéluctablement à se poser cette question : pourquoi payer ce qu’on peut avoir gratuitement ?

Ca fait déjà très longtemps que nous ne payons pas les journaux d’information à leur prix. Le savant équilibre entre recettes liées à la diffusion et recettes publicitaires existe depuis des dizaines d’années à des degrés divers suivant les titres. Mais, personne n’imagine qu’on puisse payer son quotidien à son prix de revient en se passant de la manne publicitaire. Plus encore, les journaux payants ont fait du gratuit bien avant le gratuit. Je m’explique, les patrons de presse ont compris depuis très longtemps qu’accroître le tirage d’un journal pour offrir des « services » à des cibles privilégiées avait certes un coût mais que ce coût était très largement compensé par des tarifs publicitaires plus élevés justifiés par cette diffusion accrue. Concrètement, la presse gratuite n’a fait qu’aller au bout d’une logique née bien avant elle.

En pratique, la situation est même pire que ça. Notre presse d’information ne survit encore que sous perfusion et une assistance de réanimation qui frise l’acharnement thérapeutique.

Rendez vous compte, il y a presque une quinzaine de tuyaux au chevet du malade : fonds d’aide à la modernisation de la presse, aide à la distribution, au développement de services en ligne, aide aux quotidiens d’information à faibles ressources publicitaires, réduction du transport des journaux par la SNCF, aide à l’impression décentralisée, à la modernisation des diffuseurs, au portage, tarifs postaux préférentiels, TVA réduite, taux de cotisations sociales minoré au titre de l’emploi de journalistes. Tout ceci sans compter l’abattement d’impôts consenti aux titulaires d’une carte de presse qui est en fait un cadeau consenti à leurs patrons pour pouvoir les payer moins.

Et avec tout ça… la majorité de nos quotidiens d’information sont en rouge vif. Cherchez l’erreur.

Alors, devons-nous débrancher le malade et le laisser disparaître ? Certains le pensent, je ne partage pas ce point de vue.

Remplacer les journalistes par des blogueurs (qui ne revendiquent pas ce statut) et les journaux par des forums en ligne biberonnant tous à la même source aura un coût. Il est déjà étonnant de constater à quel degré l’opinion se construit sur des rumeurs et des a priori de surface. Que ce soit le traité européen, la réforme de l’enseignement ou le financement du sauvetage des banques, la réponse est « Non mais quelle était la question ? »  Tout le monde a un avis sur tout mais personne ou presque n’a rien lu sur rien. Sur quoi donc se fonde cet avis ? Sur la rumeur, les peurs, l’opinion généralement admise, le politiquement correct et les a priori. Oui, sur ces bases il est facile de manipuler les esprits.

L’enquête sans complaisance par une personne diversifiant et vérifiant ses sources, posant les bonnes questions, allant au fond de son sujet dans un souci de clarté et une réelle recherche d’objectivité, cette approche a un prix que nous ne sommes plus disposés à payer. Il y a quelque temps déjà que les journaux n’en ont plus les moyens et se replient sur le sensationnel ou le scandaleux pour faire de l’audience à bon compte.

Je crains que cette facture que nous refusons de payer en ayant l’illusion d’un droit à l’information gratuite ne nous soit représentée dans quelques années sous une forme beaucoup plus… douloureuse.

Oui, il faut souhaiter que les Etats généraux de la presse débouchent sur des actions concrètes à même de lui offrir un avenir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :