Publié par : Hervé | 12 décembre 2008

Les médias en crise, les médias et la crise

Je lisais dans un courrier récent de Pierre Reboul, Secrétaire général de l’EBG (Electronic Business Group), la phrase suivante : « les médias jouent remarquablement leur rôle d’amplificateur des crises. Les seules informations qui sont actuellement acceptées par les rédactions sont celles qui vont dans le sens d’une amplification du drame. Si vous avez d’autres chiffres à communiquer, ils ne sont tout simplement pas repris. »

Je voudrais rapporter un exemple tout frais pour illustrer ce propos auquel j’adhère (presque) complètement.

J’étais hier à Bordeaux pour accueillir les journalistes au Colloque International de l’Université à l’Ere du Numérique. Cette manifestation comporte un grand nombre d’ateliers et de conférences et rassemble pendant trois jours les principaux acteurs de l’enseignement supérieur en France et d’une dizaine d’autres pays.

Comme d’habitude, les quotidiens, radios et télévisions avaient réservé leur réponse jusqu’au dernier moment. Je rappelle donc tout ce petit monde pour connaître leurs intentions et leur proposer des rencontres avec tous les porte-parole potentiels rassemblés dans la capitale Aquitaine pour cette occasion. Hélas, trois fois hélas mon bon monsieur, une grosse poignée de lycéens a décidé de manifester dans les rues de notre bonne ville et nous nous devons de couvrir l’événement me déclarèrent-ils d’une voix unanime. Il nous est donc totalement impossible de venir.

Vous avez raison mes bons, c’est bien comme ça qu’on va ouvrir des perspectives à tous ces élèves en mal d’orientation. Rendez vous compte, si par hasard on avait des nouvelles positives à communiquer, quelle horreur ! Par les temps qui courent ce n’est pas du politiquement correct ça. Et puis, on pourrait même y perdre de l’audience.

A la 11ème conférence annuelle des Echos sur les médias qui réunissait pratiquement tous les responsables de commissions sur les Etats généraux de la presse on s’interrogeait sur tout : fabrication, distribution, gratuité, Internet,… tout sauf sur le contenu rédactionnel et la qualité journalistique. Heureusement, il restait une voix pour oser évoquer ce sujet, merci Bruno Frappat.    

Publicités

Responses

  1. A propos des manifestations étudiantes de Bordeaux, cet article de Libébordeaux montre les nouvelles formes de mobilisation (SMS, Facebook) qui sont efficaces à l’instant T mais manquent de profondeur et de contrôle :
    http://www.libebordeaux.fr/libe/2008/12/lycens-facebook.html?xtor=RSS-450


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :