Publié par : Bénédicte | 6 février 2009

La communication mobile condamnée à mourir malgré l’arrivé d’un quatrième opérateur ?

Ironie du sort ? Equation impossible ? Alors que le gouvernement et l’Assemblée Nationale viennent de trancher en faveur d’un quatrième opérateur de téléphonie mobile, la cour d’Appel de Versailles condamne l’opérateur Bouygues Télécom à démonter une antenne-relais pour « trouble anormal du voisinage ». Une première en France !

Le principe de précaution étant retenu, l’opérateur devra verser 7000 Euros de dommages et intérêts aux trois couples riverains qui s’inquiétaient des ondes électromagnétiques pour leur santé… Corollaire logique : le démontage de l’antenne-relais aura pour principale conséquence de créer une nouvelle « zone blanche », c’est à un dire une zone où le téléphone mobile ne pourra pas être utilisé.

 

Alors, on peut imaginer aisément que cette décision redonne de l’espoir aux riverains habitant à proximité d’antennes-relais car elle pourrait bien faire jurisprudence.

Et voilà des associations de riverains « anti-antennes-relais » opposées à des associations de consommateurs (parfois les mêmes !) en faveur d’un 4ème opérateur car, et c’est Luc Chatel, secrétaire d’Etat chargé de l’industrie et de la consommation, qui le dit lui-même :  » Dans tous les pays, l’arrivée d’un quatrième opérateur a été synonyme de baisse de prix. En France, on l’estime à au moins 7 % ». A l’heure où l’un des grands chantiers du gouvernement est celui du pouvoir d’achat, voilà une perspective alléchante !

 

En tout état de cause, il faudra bien l’ambition dévorante et la réussite insolente d’un Xavier Niel (Président de l’Iliad, maison-mère de Free) pour être prêt à payer 2O6 millions d’Euros pour entrer sur le marché de SFR, Orange et Bouygues Telecom et de surcroît s’engager à couvrir les fameuses zones blanches ! ! ! Car, dans ces conditions, on est en droit de se demander comment les opérateurs vont pouvoir développer leurs réseaux et répondre aux obligations de couverture du territoire que lui impose l’Etat ?

 

Alors d’un côté, on a une justice qui semble adopter une position en faveur des plaignants et qui doit logiquement conduire à une multiplication des procès contre les opérateurs ; par la même voie au démantèlement de centaines d’antennes-relais sur le territoire français et à l’extension de zones blanches. De l’autre, l’ouverture, par l’Etat, du marché de la téléphonie mobile à un quatrième opérateur sommé d’étendre le réseau ! ! ! Il faut m’expliquer comment résoudre cette équation !

Au moins, on ne pourra pas accuser la justice d’être sous la tutelle de l’Etat !

 

Moi, je dis « bon courage, Monsieur Niel, si c’est vous qui remportez l’appel d’offres ! Il vous faudra d’abord convaincre les riverains d’accepter l’installation de nouvelles antennes, à moins de convaincre l’Assemblée de légiférer… Sinon, vous risquez d’aller droit dans le mur ! »

 

Une chose est certaine : le paysage de la téléphonie mobile risque de changer radicalement dans les prochains mois, dans tous les sens du terme….

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :