Publié par : Bénédicte | 17 février 2009

Les médias entretiennent-ils le climat de crise ?

Micro billet pour un maxi coup de gueule ! Ce matin, en lisant Les Echos, mon sang n’a fait qu’un tour ! La goutte d’eau qui fait déborder le vase, le trop plein, le ras-le-bol face au traitement médiatique de la crise économique !

Alors que Les Echos (mais ce pourrait être n’importe quel titre de presse économique !) se repaissent de titres alarmants, toujours bien positionnés (entendez « à la une » ou faisant l’objet a minima de ½ pages), je découvre ce matin dans la rubrique « en bref » (il faut vraiment que j’épluche dans le détail Les Echos pour accéder à cette information…) que RIM, le fabricant du célèbre Blackberry, va recruter 3000 personnes !

TROIS MILLE PERSONNES, ce n’est pas rien !!!

 

Dans ma tête, flashback rapide sur tout ce que j’ai pu lire récemment dans Les Echos :

Google cesse la pub à la radio : 40 postes supprimés

Alcatel-Lucent en France : 200 emplois de cadres supprimés, 400 de sous-traitants

Wall Mart supprime de 700 à 800 postes à son siège social

Boeing vise 10 000 suppressions de postes en 2009

SAP va réduire ses effectifs de plus de 3000 personnes

Caterpillar va supprimer 733 emplois au lieu des 600 annoncés

3 Suisses va se séparer de 20% de ses effectifs (soit 674 postes)

AF KLM va réduire ses effectifs de 1000 à 1200 en 2009…

 

Etc. On pourrait multiplier les exemples. Sans commentaire. Ou plutôt un : toutes ces annonces ont un point commun : elles font l’objet d’un traitement de faveur, impossible d’y échapper parce qu’elles nous sautent aux yeux !

 

Alors, quand je lis ce matin, traité en quelques lignes à peine, que RIM, une des plus belles réussites économiques de ces derniers temps (ça, c’est moi qui le dis) « recrute actuellement 3000 personnes pour répondre à la croissance de ses ventes » et que le journaliste s’empresse de noyer cette info en rappelant haut et fort que « la politique de recrutement du fabricant canadien tranche avec celle des autres acteurs de téléphonie mobile, comme le finlandais Nokia qui a annoncé la suppression de 1200 emplois, ou le nippo-suédois Sony Ericsson qui va réduire ses effectifs de 2000 personnes »,  avouez qu’il y a de quoi s’énerver et voir dans la presse le meilleur allié de la psychose ambiante !

 

Si RIM avait annoncé 3000 licenciements, je suis prête à parier que cette information aurait fait la Une ! Chiche, on parie ?

Publicités

Responses

  1. A croire que c’est un coup monté par le patronat tendance presse-agrumes en tout genre… : « On vous exploite et vous vous plaignez ?? Dehors, c’est la misère, l’échec et le canal Saint Martin qui vous attendent ! « .
    Je reste convaincue que oui nous avons le choix et que oui l’herbe verte peut sentir meilleur ailleurs. Il suffit d’ouvrir son esprit et de se tourner vers l’avenir : le green business en est un bel exemple.

  2. Je suis 100% d’accord avec Bénédicte et son article du 17 février sur l’approche des médias et la crise économique. Que ce soit le journal télévisé, la presse, le web, la radio, tous les journalistes ont des propos alarmistes et font des gros titres « accrocheurs » autour de cette crise.

    Les medias entretiennent largement le marasme économique et donc nourissent un état d’esprit négatif auprès des Français.

    Il s’agit d’un cercle vicieux : le particulier qui envisageait d’acheter une voiture, un bien immobilier, ou une machine à laver, se contente de reporter son achat en attendant des jours meilleurs… Ce sont les particuliers qui font la pluie et le beau temps de la situation économique d’un pays. Certes l’analyse est simplifiée et cette crise est bien réelle mais Messieurs les journalistes, modérer vos propos et essayer d’écrire de temps en temps quelques bonnes nouvelles !!!

  3. Quand les Etats-Unis perdent 500 000 emplois par mois, il est difficile de relever les créations d’emploi (qui existent pourtant).
    Les médias parlent-ils trop de la crise? On pourrait reprendre les derniers numéros du Point, de l’Express ou du Nouvel Obs et on se rendrait compte qu’ils n’ont quasiment pas consacré de Une à la crise (à la différence des médias US).

    En revanche, quelque chose me chiffonne, c’est l’emploi systématique diu mot « crise » (même s’il est dans le titre de mon blog!): on l’emploie à toutes les sauces. C’est un peu abusif.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :