Publié par : Nicolas | 23 juillet 2009

Est-ce que bloguer, c’est tromper ? Capucine Cousin, L’Entreprise.com

Troisième opus de notre série d’entretiens sur les médias sociaux et les journalistes : après Guillaume Grallet de L’Express et Marie-Catherine Beuth du Figaro, c’est au tour de Capucine Cousin de l’Entreprise.com de répondre à nos questions.

Elle est d’ailleurs multiclassée journaliste, community manager et blogueuse récidiviste, à titre professionnel avec La marque dans tous ses états et à titre personnel avec Miscellanées.

SmallTalk : Tout d’abord, quel est l’impact des “nouveaux médias” (blogs, Twitter, journaux citoyens, agrégateurs, etc.) sur tes habitudes de journaliste (identification de sujets, course à l’info, validation des sources, etc.) ?

J’ai commencé à prendre l’habitude de faire ma « revue de presse en ligne » et « médias alternatifs » via mon agrégateur à partir de 2001/2002. Puis à y ajouter une revue de blogs quasi-quotidienne.

Clairement, cela a changé ma manière de bosser : en terme d’identification des sujets, on a à disposition davantage de sources d’informations ‘alternatives’, qui nous donnent des idées de sujets, d’angles, des angles plus pointus, des informations que l’on aurait pas par les sources classiques.

C’est d’autant plus vrai pour les sujets que je traite (en majorité) depuis mes débuts : R&D et innovation, high tech, publicité et marketing.

Ensuite, pour ce qui est de la « course à l’info », c’est un risque en effet. On a plus d’informations, de manière plus immédiate, et cette accélération s’est encore accentuée avec Twitter. Cela ne doit pas nous empêcher de continuer d’appliquer les mêmes méthodes : tri et recoupement des informations, vérification des sources, etc.

Mais ces flux continus et variés nous permettent d’être d’autant plus réactifs sur des sujets d’actualité. J’ai ainsi eu connaissance du lancement de l’appel à projet d’applications mobiles via le fil Twitter de Nathalie Kosciusko-Morizet, ce qui m’a permis d’y consacrer un papier dans la foulée.

Idem lorsque Bouygues Telecom a incubé sa première start-up, je l’ai appris via Twitter.

ST – Twitter : un ami, un concurrent, une perte de temps ?

Un ami ! Il faut choisir les bonnes personnes à suivre, au bout de quelques semaines cela devient vraiment intéressant en terme de remontées d’infos ! Twitter est devenu pour moi un outil de veille, qui me signale des articles, des billets, des infos brutes… dans les domaines qui m’intéressent. Et bien sûr un nouveau réseau de contacts.

ST – Tes blogs : un choix ? une contrainte ? quelle liberté dans les lignes éditoriales ?

Un choix. Je tiens un blog pro, hébergé chez mon employeur, et un blog perso ouvert il y a quelques années mais où je traite aussi de sujets pros. Un blog permet d’avoir une certaine liberté d’écriture, un ton plus personnel (c’est le seul espace où l’on peut employer le « je ») et permet d’écrire sur des sujets sur lesquels on n’écrit pas pour son média, ou de prolonger sur des sujets qui nous intéressent particulièrement.

Je pense que c’est un ‘support’ complémentaire au titre pour lequel on travaille.

ST – Docteur Journaliste et Mister Blogueur : faut-il être schizophrène pour mener en parallèle une plusieurs activités : blogs et média web ? Quels sont les différences, les points communs ?

Euh, comme je le disais plus ou moins juste avant, c’est complémentaire 😉

Je suis journaliste sur le média web pour lequel je travaille, je me tiens à la ligne éditoriale dans mes angles, mes sujets…

Sur mon blog, j’écris aussi sur des sujets sur lesquels je fais de la veille par intérêt perso (les libertés personnelles sur Internet, les robots, le photojournalisme…).

ST – Cela te donne-t-il le statut de pestiférée au sein de la rédaction pour cette infidélité criante ou de demi-déesse qui ose affronter en direct le “lecteur” ?

Plutôt le second statut 🙂

A ce propos, quel est ton rapport avec tes lecteurs depuis que tu blogues ?

Souvent des commentaires positifs, ou qui enrichissent mon billet. Même les commentaires critiques sont constructifs, ils apportent souvent des informations complémentaires. Les internautes ont souvent un œil averti. C’est aussi un autre public, car les lecteurs de blogs ne sont pas les mêmes que ceux du magazine papier, voire du site L’entreprise.com.

ST – Ton blog dans 5 ans ? Un jouet cassé, votre activité principale, un joli souvenir ?

Une de mes activités principales ! Mais il est difficile de prédire l’avenir du blog, ou comment il évoluera… Dans cinq ans, les plateformes auront évolué, et les modes de lecture des internautes également.

ST – Dernière question : de quelle personnalité, vivante ou disparue, contemporaine ou non, aimerais-tu lire le blog ?

Un photographe tel que James Nachtwey. [NDLR : James a un site web où certaines de ses œuvres sont mises en ligne]

Merci Capucine de t’être prêtée à l’exercice et à bientôt dans l’Entreprise.com, sur Twitter ou sur l’un de tes blogs !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :