Publié par : Nicolas | 12 octobre 2009

Est-ce que bloguer, c’est tromper ? Eric Tenin, Courrier Cadres

Quatrième victime de notre série d’entretiens sur les médias sociaux et les journalistes : après Guillaume Grallet de L’Express, Marie-Catherine Beuth du Figaro, et Capucine Cousin de l’Entreprise.com, c’est au tour d’Eric Tenin de Courrier Cadres de subir à notre questionnaire.

Eric a une longue expérience du journalisme et d’ailleurs son blog, Les trucs d’un journaliste, est une mine d’information pour mieux comprendre les coulisses des médias, la vie des journalistes, leur rôle et leurs habitudes. Certes, ça ne vaut pas un media training avec Hervé et Henri mais ça prépare bien !:-)

Small Talk – Tout d’abord, quel est l’impact des « nouveaux médias » (blogs, twitter, journaux citoyens, agrégateurs, etc.) sur vos habitudes de journaliste (identification de sujets, course à l’info, validation des sources, etc.) ?

Je suis partagé. D’une part je trouve ça fantastique de pouvoir disposer des nouvelles sources d’info, parfois de vraies pépites et d’un autre côté je trouve ça vertigineux. A chaque fois que je vois passer un produit ou un service que je ne connais pas, je me dis « comment se fait-il que je sois passé à côté de ça ? » Et figurez-vous que ça me stresse ! Mais bon globalement je trouve ça positif, évidemment.

ST – La profusion d’informations plus ou moins fantaisistes en ligne a-t-elle changé également votre rapport aux agences de relations presse ?

Non ça ne change rien, car dans tous les cas on doit vérifier ce qu’on écrit. Donc que ce soit une rumeur sur Internet, un communiqué de presse un peu « enjoliveur » (je sais c’est très rare, mais j’en ai déjà vus !) ou simplement une « info » que vous glisse votre voisin de palier, on ne peut rien prendre pour acquis.

ST – Twitter : un ami, un concurrent, une perte de temps ?

Assurément un ami. Concurrent des brèves peut-être, mais ce n’est pas la partie qui offre le plus de valeur ajoutée dans un journal, alors ce n’est pas bien grave… Perte de temps, non, mais chronophage, ça oui.

ST – Votre blog : un choix ? une contrainte ? quelle liberté dans sa ligne éditoriale ?

Un choix évidemment (on ne peut pas bloguer sous la menace !) mais cela n’empêche un aspect contraignant ; le fait de devoir l’alimenter très régulièrement. Cela dit il contient beaucoup de contenu issu d’un livre que j’ai commencé il y a plusieurs années et que je n’ai jamais exploité. Mais même en ayant une bonne partie déjà faite, il me faut quand même produire du contenu « frais ». Au fait, il ne faut pas non plus oublier mon premier blog, (www.parisdailyphoto.com) qui consiste juste à poster une photo de Paris par jour et d’y rajouter une légende de 5 ou 6 lignes maxi. Ca n’a l’air de rien, mais ça aussi c’est du boulot !

ST – Docteur Journaliste et Mister Blogueur : faut-il être schizophrène pour mener en parallèle une chronique et un blog ? Quels sont les différences, les points communs ?

Pas schizo mais TRES organisé. Chaque support possède sa « texture », il faut donc s’y adapter, c’est cela qui est passionnant. Sur un blog on joue la spontanéité et l’échange avec les lecteurs (au travers des commentaires qui sont au blogueur ce que le carburant est au moteur à explosion 😉 ) Dans un journal on joue le travail d’équipe (un journal est réalisé par de nombreuses personnes, alors qu’un blog n’est généralement piloté que par un seul auteur) et, ça aussi, c’est passionnant.

ST – Cela vous donne-t-il le statut de pestiféré au sein de la rédaction pour cette infidélité criante ou de demi-dieu qui ose affronter en direct le « lecteur » ?

Je pense ni l’un ni l’autre. Simplement peut-être l’image de quelqu’un qui soigne son « marketing personnel », ce qui est vrai… et assumé !

ST – A ce propos, quel est votre rapport avec vos lecteurs depuis que vous bloguez ?

Pour l’instant excellent, mais je sais que ça ne durera pas. Un jour ou l’autre j’exposerai des points de vue qui heurteront certaines personnes qui ne manqueront pas de me le faire savoir. Mais ça fait partie du jeu. J’accepte facilement les critiques à conditions qu’elles soient argumentées.

ST – Blogueur et heureux de l’être ? Quelles sont vos joies, vos peines ?

Oui, si ce n’est l’aspect tonneau des Danaïdes… On poste un billet un jour, le lendemain ou le surlendemain il faut encore recommencer ! Vous me direz que c’est pareil avec la douche du matin…

Mes joies sont dans les statistiques de visite (!) et dans les commentaires des internautes. Pas de peines.

ST – Votre blog dans 5 ans ? Un jouet cassé, votre activité principale, un joli souvenir ?

Un bouquin.

ST – Dernière question : de quelle personnalité, vivante ou disparue, contemporaine ou non, aimeriez-vous lire le blog ?

Sympa comme question. Pour moi ce serait soit un personnage du 19 ème hyper romantique comme Margueritte Gautier (la Dame aux Camélias) ou un scientifique moderne (le blog d’un spationaute, d’un explorateur de la calotte glacière…).

Merci Eric de vous être prêté à l’exercice et à bientôt dans Courrier Cadres, et sur Twitter !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :