Publié par : Laurent | 15 octobre 2009

Changements climatiques…certes, mais encore ?

Le mail à circulé en interne :

« C’est le Blog Action Day. Ce 15 octobre, il faut poster un billet sur le sujet du changement climatique pour montrer notre implicaiton. Qui s’en charge au sein de l’agence ? « 

Une certaine unanimité a envahi l’agence : tout le monde a trouvé que c’était une chouette bonne idée.

Mais sur quoi écrire ? Et puis surtout, qui allait rédiger le billet ?

Alors il y a ceux qui étaient en rendez-vous ou partaient en rendez-vous, ceux qui n’ont pas vu le mail (ou on feint de ne pas le voir : oh, un spam !), ceux qui ont trop de travail, ceux qui n’ont pas d’idée sous la main là tout de suite, ceux qui ont des enfants et doivent rentrer tôt, ceux qui ont piscine ou match de l’équipe de France face à l’Autriche…

Et au final, à l’image du changement climatique, tout le monde a trouvé que c’était une chouette idée, vachement importante, même, qui nous concerne tous… mais personne n’a pris ses responsabilités.

Et si finalement, c’était ça le problème du changement climatique ?

Une sorte de problématique si importante qu’elle nous dépasse. Oh, certes, on a conscience qu’on peut chacun à notre niveau améliorer un peu les choses. Mais bon, soyons réalistes : ça nous arrange de dire qu’il faudrait en priorité agir au niveau des politiques et des industriels.

Nous avons tous vu au moins un des films sur le changement climatique, que ce soit « Home » de Yann Arthus Bertrand, « Une vérité qui dérange » d’Al Gore, « Le syndrome du Titanic » de Nicolas Hulot, ou par le passé le « Cauchemar de Darwin ».

Mais il faut constater que tous ces films écologiques sont anxiogènes au possible. Et il n’y a pas que le dauphin qu’ils font flipper (flipper le dauphin, petite blague en l’honneur de Jean Sarkozy (qui est décidément partout) . Ils nous montrent une planète en danger, un avenir bien sombre, avec peut-être un certain fatalisme.

Il suffit de vérifier : je tape « changement climatique » dans le moteur de recherche qui commence par un G et qui finit par tout contrôler, et voici ce que je peux trouver à travers les premiers résultats :

  • Sur notre-planete.info, on analyse l’effet de Serre et on y trouve cette vidéo sur l’évolution du réchauffement climatique de 1880 à 2006 pour les températures de surface. Le rouge sombre indique un plus fort réchauffement et le bleu sombre un plus fort refroidissement par rapport aux normales 1950-1981.

Franchement pas vraiment rassurant de savoir que les hypothèses les plus modérées montrent que :

– La teneur de l’atmosphère en dioxyde de carbone (CO2) pourrait doubler,
– La température moyenne globale pourrait augmenter de 1,8 °C et 4 °C entre 1990 et 2100 en fonction des scénarios,
– La répartition saisonnière des pluies devrait être modifiée en France métropolitaine, accroissant les sécheresses estivales sur la moitié sud du pays
– La fréquence et l’intensité des événements climatiques extrêmes (canicule, sécheresse, tempête) devraient augmenter.

Et ce n’est pas le laconique petit pavé sur le site du gouvernement qui va me rassurer. En le lisant, je me dis simplement que si l’intention est là, les moyens eux ne sont pas forcément précisés.

Alors que puis-je faire, moi, à mon petit niveau ? Et surtout, est-ce vraiment utile , sachant que dans le même temps, les sièges des grandes entreprises de la Défense, ou situées en proximité du périph’ laissent les bureaux allumés toute la nuit, alors que ceux-ci sont déserts ?

J’ai pourtant trouvé cette réponse sur le site de la WWF :

Campagne pour une cible de réduction des gaz à effet de serre de 30% à l’échelle européenne

Et comme vous pourrez le voir, les gestes sont simples :

  • Je cuisine toujours avec un couvercle sur les casseroles et les poêles : 50 kg de CO2/an (pour le gaz) ; 71 kg de CO2/an (pour l’électricité)
  • J’évite de laisser en veille les appareils audiovisuels : 111 kg de CO2/an
  • Je remplace le papier blanc par du papier recyclé : 113 kg de CO2/an
  • etc.

Ok c’est vrai, c’est peut-être un peu contraignant. Mais si je peux réduire mes propres émissions de gaz à effet de serre de 30%, ça vaut le coup non ?

Et si j’arrive à convaincre quelques personnes autour de moi de le faire, ce sera toujours un petit plus pour la planète.

Bien entendu, ce serait mieux si les Etats-Unis ratifiaient le protocole de Kyoto sachant qu’ils ont vu ont vu augmenter leurs émissions de gaz à effet de serre de 1 % par an depuis 1990.

Bien entendu, Claude Allègre, géochimiste de formation, est de ceux qui mettent en doute le « dogme » du réchauffement climatique d’origine humaine, en particulier dans un article de L’Express où il avait déclaré : « La cause de cette modification climatique est inconnue. Est-ce l’homme ? Est-ce la nature ? Les archives glaciaires ou historiques nous indiquent que le climat est un phénomène capricieux. Les théories météorologiques mathématiques le confirment. Donc, prudence. »

Simplement, je crois avant tout que c’est une question individuelle que chacun doit se poser : qu’ai-je fait pour la planète alors que je sais à quel point elle va mal ?

Ai-je mis en œuvre la plus insignifiante action environnementale ? Ca commence au niveau du tri des déchets, de la consommation électrique, de l’usage de papiers recyclés, des transports, etc.

Quelle terre est-ce que je veux laisser à mes enfants ? petits-enfants ? et aux générations futures ?

Est-ce que je veux que l’avenir ressemble à celui de Wall-E : une terre dépotoir, inhabitable, dont la vie a disparu et que les hommes ont fui ?

C’est à chacun d’y répondre. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Chacun fait en fonction de sa sensibilité, de l’idée qu’il a de sa place dans le cours de l’histoire, de son rôle dans la société.

A titre personnel, je continue d’utiliser beaucoup trop la voiture – je le sais, promis je me soigne !

Mais je trie les papiers, le verre, éteint les appareils électriques.

J’ai remplacé progressivement les ampoules qui grillent par des ampoules basse consommation.

J’utilise des piles rechargeables. J’essaye d’utiliser au maximum du papier recyclé, j’évite les bains, je coupe l’eau du robinet quand je me lave les dents…

Ca me parait peu, très peu… tellement peu.

Mais en le faisant, je me dis que je participe, un petit peu, à la protection de l’écosystème de notre bonne vieille Terre.

Ce n’est pas grand-chose… mais c’est déjà ça.

Car soyons-en conscients : la Terre va très bien, merci pour elle. Elle était là avant nous, elle le sera après. C’est l’écosystème qui permet la vie humaine qui est en danger. La Terre peut devenir invivable pour nous. D’autres formes de vie s’en fichent complètement (à 80°C, de nombreux scorpion se porte comme un charme, nous non), mais nous sommes bien plus dépendants du climat. C’est nous qui sommes menacés. Directement.

Et vous, que faites-vous aujourd’hui ? Et demain ?

Publicités

Responses

  1. Je me demande quel est l’indice carbone de Yann Arthus Bertrand…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :