Publié par : Marion | 31 mars 2010

Poisson d’avril : les médias aussi nous jouent des tours

Comme tous les ans, le 1er avril n’échappe pas à la tradition : nous avons tous le droit à notre cher « poisson d’avril » et son lot de canulars en tout genre. Petits ou grands, chacun prend un malin plaisir à faire des plaisanteries mûrement réfléchies (ou non) à ses proches. Dans notre métier non plus, le poisson d’avril n’épargne personne. En effet depuis quelques années, les médias usent et abusent de cet événement et débordent d’imagination pour faire courir les rumeurs les plus folles et piéger tout le monde. Parmi les plus farfelues réalisées ces deux dernières années, retenons tout de même :

  • La mise au point d’un traitement révolutionnaire pour faire gagner quelques centimètres à Nicolas Sarkozy, annoncée en 2008 par le quotidien anglais The Sun
  • l’interdiction de fumer dans la rue, relayée en 2009 par le journal Libération
  • ou encore la visite de Barack Obama à Colmar, faussement révélé par le quotidien l’Alsace l’an dernier

Alors quel sera le cru 2010 ? Des pronostics ?

Plus sérieusement, ces rumeurs ou bad buzz peuvent nous inviter à réfléchir sur la fiabilité des informations que nous « consommons » chaque jour, car même le 1er avril passé, nous ne sommes pas à l’abri d’un poisson, et les journalistes non plus! Souvenons-nous du canular lancé par le site satirique roumain Trombon.ro il y a quelques semaines. Ce dernier annonçait que l’armée roumaine avait envoyé des soldats à Tahiti au lieu de les envoyer à Haïti. Bingo ! L’intox, reprise par Bruce Toussaint dans l’Edition Spéciale de Canal + a fait le tour de la toile.

C’est donc le retour de l’éternel débat : devons-nous faire entièrement confiance aux médias dont nous disposons ?

Une étude sur la confiance dans les médias, menée en janvier 2010 par TNS Sofres/Logica pour le Journal La Croix, affiche des résultats plutôt inquiétants. En effet, la quasi-totalité des médias sont généralement et durablement en dessous de la moyenne. La radio reste tout de même le média le plus crédible aux yeux des français, avec un taux de confiance de 60 %, contre 55 % pour la presse écrite. Quant à la télévision, elle ne cesse de décliner depuis 15 ans – paradoxe : 80 % de la population s’informe principalement via le petit écran. Internet, qui se place en dernière position, fait figure de challenger puisque sa cote de crédibilité grimpe fortement depuis quelques années déjà (de 25 % en 2003 à 35 % en 2010). Ce dernier est sans doute le plus riche en informations aussi bien qu’en désinformations. Blogs, sites institutionnels, réseaux sociaux, journaux en ligne, forums de discussions, encyclopédies… les sources sont variées, et vérifier l’exactitude des propos n’est pas toujours une mince affaire. Cependant, quelques fondamentaux, comme la célèbre liste de vérification CEVA (Crédibilité, Exactitude, Vraisemblance, Appui), élaborée par Robert Harris (professeur d’anglais au Southern California College) peuvent s’avérer très utiles pour évaluer la véracité de l’information. Cette liste pose un certain nombre de questions qui permettront de vérifier l’exactitude des sources Internet, mais elle peut s’appliquer plus largement aux médias traditionnels. Voici un bref rappel des indices d’évaluation :

Crédibilité – Qui est la source de l’information ? Cette source, est-elle reconnue pour sa crédibilité ?

Exactitude – Quelle est la nature exacte de l’information ? Suis-je en mesure de dire si elle est exacte ou non ?

Vraisemblance – Pourquoi pense-t-on que l’information est véridique, ou au contraire, pourquoi n’en est-on pas convaincu ? Est-il raisonnable de penser que l’information est vraie ?

Appui – Est-ce que d’autres personnes appuient l’information ? Combien y a-t-il d’autres sources qui viennent appuyer cette information ?

Evidemment, rares sont les sources qui répondent à tous ces critères. Néanmoins, cette analyse peut servir de base à notre réflexion. D’autres indicateurs s’avèrent tout aussi importants pour contrôler l’information, comme la date de diffusion ou la fiabilité de la source. Sans doute qu’un grand quotidien national comme le Monde (pour n’en citer qu’un) aura plus de poids que le blog d’un parfait inconnu. Mais attention, il ne faut pas pour autant négliger notre sens critique et notre capacité à interpréter l’information !

Déterminer la qualité de l’information est donc un art et le débat n’a pas fini de faire couler de l’encre. Toutefois, en attendant d’acquérir l’expérience nécessaire, le site internet Hoaxbuster pourra peut-être nous aider à nous y retrouver dans la jungle des canulars du 1er avril !

Premier poisson d’avril 2010 !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :