Publié par : benjamin | 3 juin 2010

Affiche France-Soir : l’ovni publicitaire

Quand un gosse de riche moscovite entreprend de redonner ses lettres de noblesse à un titre de presse français, ça donne une campagne de pub pour le moins surréaliste.

Pour relancer l’illustre France-Soir, Alexandre Pougatchev, 25 ans, russe et francophile, fils de l’oligarque Serguei Pougatchev, s’est montré généreux : nouvelle maquette, effectifs du journal doublés (130 personnes, dont plus de 90 journalistes) et rédaction installée sur l’avenue des Champs Elysées, à quelques centaines de mètres de l’Arc de triomphe.

A l’heure des perspectives économiques sombres et de la presse agonisante, la débauche de moyens mis en œuvre pour la relance d’un titre papier destiné au grand public semble surréaliste.

Le print de la campagne publicitaire qui la soutient n’est pas en reste…

D’un kitch assumé dans l’exaltation d’une supposée Dolce Vita parisienne, l’affiche infligée semble être le reflet d’une perception russe surannée et ne craignant pas les clichés.

Tenues correctes, hôtesses de l’air, garçon de café et raies de côté sont de sortie sur ce pont de Paris, symbole du romantisme. Tout incarne le glamour français tel que les Français eux-mêmes n’osaient plus l’espérer. Et la France, c’est Paris bien sûr.

De façon générale, cette affiche est un ovni publicitaire qui va ostensiblement à rebours des faits propres à notre époque et à notre pays, et dont je ne peux, malgré moi et précisément pour cette raison, m’empêcher de saluer l’audace :

D’un point de vue purement média d’abord, elle nie la réalité d’un phénomène pourtant déjà en marche et bien visible : la mort de la presse papier. Entre les mains des protagonistes, le support papier, et seulement lui, est présent. Point de smartphones et de tablettes, qui sont pourtant les supports d’aujourd’hui, et de demain pour les plus rétifs. Plus absurde encore, personne, sur ce pont, n’a plus de 45 ans. Or, les seniors constituent précisément le cœur du lectorat encore fidèle aux supports papier payants. Comme France-Soir par exemple…

D’un point de vue politique et sociétal ensuite, elle feint d’ignorer la métamorphose rapide d’un pays et de la composition de sa population. Cachez cette France que je ne saurais voir… On relève toutefois la présence d’un homme noir dans le fond pour, c’est la moindre chose, satisfaire au quota de diversité exigée par le politiquement correct.

Enfin on notera que l’ère du transport low-cost n’a apparemment pas de prise sur  les fières hôtesses de l’air à l’affiche, qui gardent intact leur prestige d’antan …

Reste que lorsque l’on connait la science, ou l’art, publicitaire, on se doute que tout cela est parfaitement voulu et calculé. Partis sciemment à la recherche du temps perdu, l’agence de pub à la manœuvre et l’annonceur l’ont visiblement trouvé.

On dit souvent que la pub inspire l’air du temps. Force est de constater que, parfois, elle l’expire aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :